Aube : un gardien tente de se suicider au centre de détention de Villenauxe-la-Grande

L'Est Eclair
24 avril 2018
Par Céline Tillier
Mardi matin, un agent de l’administration pénitentiaire aurait cédé à la pression et tenté de mettre fin à ses jours dans l'enceinte de la prison.

D’après certains agents, Manuel n’aurait pas supporté la pression imposée par sa hiérarchie. 

« Il est dans la ligne de mire depuis longtemps » indique l’un de ses collègues. « C’est lundi que la pression est montée d’un cran. Il n’a pas arrêté de pleurer, il fallait être aveugle pour ne pas se rendre compte qu’il était à bout. » 

Marié et père de deux enfants, Manuel aurait avalé une soixantaine de comprimés dans le bureau « qu’il partage avec sa supérieure directe. Avant de passer à l’acte il lui aurait dit : vous m’avez eu. »

Réanimation

C’est la même phrase qu’il aurait prononcée mardi matin à l’un de ses collègues et ami. « Lorsque nous nous sommes parlé, il m’a simplement dit qu’ils avaient réussi à l’avoir. Ensuite, il a coupé la communication prétextant un entretien avec une psychologue. » Manuel était titulaire au centre de détention depuis deux ans. «  Il a été recruté en tant que salarié handicapé. Par le passé, il avait eu beaucoup d’accidents. Son état de santé justifiait donc ce statut de salarié protégé. Le médecin de prévention avait par ailleurs exprimé une recommandation pour qu’il n’entre plus en détention depuis qu’il avait été agressé par l’un des nôtres. Une agression qui lui avait valu à l’époque sept jours d’ITT. »

Dès l’alerte donnée, Manuel a été pris en charge par les urgentistes du service mobile d’urgence et de réanimation d centre hospitalier de Romilly-sur-Seine. Compte tenu de la gravité de son état, il a été admis dans un état sérieux dans le service de réanimation de l’hôpital de Provins.

La direction n’a pas souhaité évoquer plus avant les circonstances « de ce drame. »